7 août 2020

Quelques informations généalogiques

Bonjour à toutes celles et tous ceux qui émargent à ce blog familial.

Il y a quelques semaines j'ai reçu des informations fort intéressantes de la part de notre cousine Dehbia. Ces informations généalogiques, sont précieuses et concernent nos ainés : nos grands parents, nos grands oncles et nos grandes tantes, nos grands cousins et nos grandes cousines.

Je les restituent in-extenso et si vous avez des précisions complémentaires n'hésitez pas à me les faire parvenir par l'email en bas de l'article.

-----------------------------------------------------------------------------------

Dernièrement, j'ai lu d'Azrou Kolal à Batna, l'album familial, et je voulais savoir si des correctifs par rapport à la grand-mère paternel ont été opérés.

Concernant Nana, Elle est fille unique de Jedi Said. Sa mère est une Ath Temim. J'ai oublié son prénom. Donc Jedi Said s’est remarié du vivant de sa 1ère femme (on dit que c’est elle qui l'a marié) et Il a eu quatre (4) garçons qui sont Ahmed le père de Nora, Malek, etc. Achour le père de Moumouh et Farida, Soraya, etc. ... Mohand le père de Rachid et Houra et Zakia… et Nafaa ainsi que trois (3) filles dont Nana Fatima, la femme à oncle L’Hachemi, Tassadit, la Femme à oncle Hocine et Ghnima, mariée chez les Moussa, elle est la mère de Zineb Moussa et de Hmimi. Ce qui fait que Nana L'djohar se retrouve avec des demi-frères et sœurs.

Djedi Ali a eu deux (2) épouses, la 1ère était la grand-mère à ton père, dont je n'ai pas beaucoup d'information ... à part qu'elle a été malade, et que c’est la seconde (2nde) épouse qui est ma grand-mère, Setssi Melha Ait Ouazou … qui à élever oncle Dada Smail. C’est ainsi que Djedi Ali après avoir eu trois (3) fîls : Mohamed Larbi, Lhachemi et Smail ainsi qu’une fille N'a Ouiza, il a eu avec ma grand-mère : trois (3) garçons et deux (2) filles, Abdelkader, Lhocine, Seddik et Na Faroudja la femme a Hmed fîls de Jedi Said et Khadra femme a Achour également fils de Jedi Said

Quant à ma mère, Zineb, elle est l'aînée de ses sœurs qui sont Hlima, Feroudja, Fatima et Ghnima, et un garçon décédé quelques mois après sa naissance, et leur demi-sœur Messa3d, du 1er lit de mon grand-père.

Mes grands-parents maternels, Jedi Salem a été marié à Djohar Moussa.

Jedi Salem a un frère Slimane marié à Ouiza la sœur à ton grand-père ou si tu veux la fille à Djedi Ali.

Et Khali Achour et Na Titam sont les demi-frère et sœur de Salem et Slimane. Le père de Djedi Salem ... est un cousin de Djedi Ali. Djedi Salem était appelé Salem Ath Messaoud.

À bientôt,

Dhebia

1 juillet 2020

Azrou, racine de notre grande famille


A tous les Mousa’s et alliés au pays et à travers le monde et si vous le voulez bien !
A un mariage de la famille ; Nessim me disait, qu’il avait décidé, (profitant de ce début de printemps) de monter périodiquement à AZROU pour faire placer par un artisan du village une porte en fer.

Et si ça marche disait-il ; je chargerais un autre du désherbage. Et ainsi de suite, ajoutera t’il « et selon mes possibilités » ; je ferais rétablir l’eau, l’électricité et peut être, brancher le gaz. Cela après avoir fait réparer les dégâts causés par le temps et les intempéries. Et pourquoi pas faire réparer et consolider les clôtures des deux parcelles etc.
Je l’écoutais, éberlué sans dire un mot que toute cette bonne volonté et cette énergie vienne d’un non Moussa ? mais qui en a les gênes.
Nous étions un vendredi et clamait qu’il irait Mercredi. Donc c’est déjà mûri et classé dans sa tête, dépassant le cap de l’idée ou de l’imagination. Il passe à l’action et c’est maintenant !
Une fois remis de ma surprise, je me souvins que c’était lui qui avait fin mars dernier accompagné sa tante au bled. Et que peut être c’était elle, venant du bout du monde qui lui aurait passé le virus ; ou, que peut être c’était elle qui l’aurait chargé de la réhabilitation de ce patrimoine Ath Moussa ?
Le plus beau, c’est que Nessim ne faisait à aucun moment allusion au financement de ce rêve fou, ni même qu’il attendait quoi que ce soit, de qui que ce soit !
Moi-même ce ne sera que 48 heures après, que je réalise la chose et décrète à mon tour qu’il ne faudrait pas laisser passer cela sans y placer ma pièce du Puzzle.
Je n’en dirai pas plus pour le moment, je laisse à chacun et à chacune de la tribu d’y apporter la pierre qui manque, son rayon de lumière et sa flamme pour que renaisse AZROU de ses cendres ou comme disait Nessim « chacun selon ses moyens ».
J’avais fait cela depuis notre retour de TUNIS avec mon père et les cousins jusqu’à leur départ un à un Allah Yerhemhoum. Je sais qu’il ne faudrait pas que des moyens matériels ; mais aussi : des bras, de la disponibilité et de l’énergie de la part des repreneurs du flambeau. Merci de m’avoir lu.
Melik Moussa
Azrou, Racine de notre grande famille
Les voisins en grignotent chaque jour quelques centiares, aidés par des ennemis à la famille. Cadeau de nos ancêtres légué à nos descendants. Les uns comme les autres nous en voudront d’avoir laissé se dilapider leur biens, leur âmes.

27 janvier 2019

Ahmed Chikhi - Dans la mémoire de la famille...

Par une journée d’hiver, le silence des armes !
Il y a des témoignages qui captent immédiatement et durablement l’attention soit par la façon dont ils sont restitués soit parce que leur interprétation est non linéaire, ouverte, élastique. Et le cadre spatiotemporel de ce à quoi ils se rapportent vient en accentuer l’importance, la portée, la singularité. 
C’est exactement ce que j’ai pensé quand, successivement et chacun à sa manière, mes cousins Majid et Saadi et cousine Z m’ont raconté ce qu’ils savaient des obsèques de Chikhi Ahmed, le 11 janvier 1956. C'était le fils aîné de Jeddi Said le frère aîné de mon arrière-grand père jeddi Ali. Il mourut à l’âge de 61 ans. Je synthétise les propos de mes interlocuteurs : Une foule extrêmement nombreuse avait assisté à son enterrement, au cimetière d’Azrou Kolal (Ain El Hammam, ex Michelet). Des gens étaient venus de toute la Kabylie et de la région d’Alger. Ain El Hammam et ses alentours étaient complètement embouteillés, noirs de monde. 
Les témoins toujours vivants
Les témoins qui en avaient parlé à l’époque, ont tous dit que c’était impressionnant non seulement du fait du nombre considérable de personnes présentes aux funérailles et sur l’ensemble de l’itinéraire menant au cimetière d’Azrou, mais aussi parce que cet après-midi-là, il y avait comme une trêve dans les affrontements entre l’armée française et les combattants de l’ALN. Ce silence des armes avait marqué les esprit s: pas de tirs sporadiques comme on avait l’habitude d’entendre ni de survol de la région par les hélicoptères. Un silence inhabituel, absolu, durable. 
Le temps et la couleur du ciel
Quel temps faisait-il ? Quelle était la couleur du ciel ? Faisait-il froid ? Pleuvait-il ? Je n’ai pas posé ces questions à mes interlocuteurs. Je sais qu’elles ne sont pas importantes, que ce sont des points de détail auxquels on ne songe pas ou sur lesquels en général, on ne s’appesantit pas. Ces interrogations étaient quand même dans ma tête.
Au surplus et de façon presque mécanique, surtout en écoutant Saadi narrer l’événement, je me suis imaginé un ciel un peu couvert avec des éclaircies. J’ai associé le silence évoqué à un bel automne, un automne apaisant. Ce n’est pas de la fiction, c’est une sensation, une image, en tout cas une volonté de percevoir les choses ainsi. 
La présence de Amirouche
Peut-être même, ce 11 janvier 1956 était-il effectivement ensoleillé… Selon Madjid, le colonel Amirouche avait assisté incognito à l’enterrement ; cousine Z me l’a confirmé. La présence d’Amirouche donnait une dimension particulière, au-delà des obsèques, à la personnalité, au statut de Chikhi Ahmed, à l’estime dont il jouissait dans toute la Kabylie, mais pas seulement. Dans la famille, on savait ce que cela signifiait. Et aujourd’hui, on en sait un peu plus parce que l’on a pris le temps de la décantation…
Lamine Bey Chikhi
Bribes d’histoire -18 -
Posté par imsat le 22 janvier 2019
http://imsat.unblog.fr/2019/01/22/bribes-dhistoire-18/


Quelques informations généalogiques

Bonjour à toutes celles et tous ceux qui émargent à ce blog familial. Il y a quelques semaines j'ai reçu des informations fort intéressa...