20 août 2011

Un bâtisseur nommé Ali Chikhi

Ali Chikhi, MisN’Messaoud, MisN’Elhaoucine,
Avant propos
Dans le petit village d’Azrou Kolal, mon arrière grand-père avait grandi auprès de son frère et de ses cousins Slimane, Med Larbi, Saadi, Achour, Abdallah et bien d’autres dont les noms se retrouvent encore de nos jours portés par leurs descendants.
Il était connu pour être débordant d’énergie, avec un sens inné de la logique. À l’époque de ses vingt ans, dans le petit village d’Azrou Kolal habitaient plusieurs familles qui dans les faits constituaient la même grande famille mais portaient à quelques lettres près le même patronyme  Ath Chikh, Cheikh, Bencheikh, Ould Chikh et bien entendu Chikhi. 
Les alliances avec des familles d'Azrou Kolal étaient fort nombreuses, par exemple, avec les Moussa, les Ait Abdeslam, les Ait Said, les Ait Khaled et même des villages mitoyens tels que Ouaghzen avec les Mahiout ou même ceux situés à quelques kilomètres tel que Ait Hicham. Azrou fait, jusqu’à ce jour, partie de la commune d’Ain El hammam anciennement Michelet et est proche, entre autres, des villages d’Akkar, Taourirth Ath Mengueleth, Taourirth Amran, Tillith, Azrou Kolal, Ouaghzen, Ath Djemaa, Ait Meslayen, Ait Ouaben.
Mon défunt oncle Smain me disait que son père était à l’écoute de tous et même s’il était inséparable de son frère Saïd il l'était aussi avec Messaoud le père de ma grand-mère Djoher, il était toujours bien entouré. Partageant, avec tous, ses idées et ses bons mots. Il ne lésinait pas sur l’aide qu’il pouvait apporter aux plus démunis. Homme fort attaché au respect des convenances et à celui des échéances, il était intransigeant avec ceux qui ne les respectaient pas.
C’est dire que l’attention qu’il accordait aux aînés, aux femmes, aux enfants et surtout aux veuves et aux orphelins faisaient partie de ses préoccupations majeures en plus de la ponctualité et de l’assiduité qui étaient, selon toujours mon défunt oncle Smain, le cadre de ses valeurs essentielles. 
Très jeune - comme sa petite nièce Titam, première femme à avoir forcé l’accès de l’assemblée des habitants du village -  il avait intégré Tajmaat - et ses propos étaient appréciés par tous pour leur justesse. Sa renommée dépassait le territoire de la grande tribu des Ath Menguellet et de la commune d’Ain El Hammam. 

* Sur la photo Djedi Ali (+grand de taille)
est à la droite de son frère Said. 
A suivre
Ferid Chikhi

À ma cousine Nouara, j'aurais besoin de ton adresse si tu veux nous parlions de Dada Houcine, de notre oncle Salah et des autres cousins

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je m'appelle Nacer Chikhi de la Tunisie,j'aimerais bien savoir quand-est ce que cette photo à était prise et quels sont les fils de Ali ?

    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Nacer,
    La photo en question a été vraissemblablement prise vers le début du siècle dernier.
    Les fils de Ali étaient dans l'ordre de la première épouse : Med Larbi, Lhachemi, Smail ; de la seconde épouse: Abdelkader (dit Kaddour) Hocine et Seddik.
    Parles-nous de toi de ta famille et dis-nous d'oû es-tu originaire ?

    RépondreSupprimer

Ahmed Chikhi - Dans la mémoire de la famille...

Par une journée d’hiver, le silence des armes ! Il y a des témoignages qui captent immédiatement et durablement l’attention soit par la...